Nouvelle année, vœux de progrès et prospérité

L’évolution de la vie, concourant à toujours plus de diversité, de complexité et d’expansion.

  • écriteau dans la forêt de Pitchandikulam
 En cette nouvelle année, et si nous pouvions nous inspirer des vœux de la Mère, Mira Alfassa, fondatrice d’Auroville et aspirer à un progrès de la conscience humaine, nous y gagnerions en détermination.

« Surtout être confiant. La grosse difficulté dans la Matière, c’est que la conscience matérielle (c’est à dire le mental dans la Matière) s’est formée sous la pression des difficultés – des difficultés, des obstacles, des souffrances, des luttes. Elle a été pour ainsi dire élaborée par ces choses, et cela lui a donné une empreinte, presque de pessimisme et de défaitisme, qui est certainement le plus grand obstacle.
C’est cela dont je suis consciente dans mon propre travail. La conscience la plus matérielle, le mental le plus matériel est habitué à agir, à faire effort, à avancer à coup de fouet; autrement c’est l’inertie*. Et alors, dans la mesure où il imagine, il imagine toujours la difficulté – toujours l’obstacle ou toujours l’opposition, et cela ralenti le mouvement terriblement. Il lui faut des expériences très concrètes très tangibles et très répétées, pour le convaincre que derrière toutes ses difficultés il y a une Grâce, que derrière tous ses insuccès, il y a la Victoire, que derrière toutes ses douleurs, ses souffrances, ses contradictions, il y a l’Ânanda. De tous les efforts, c’est celui qu’il faut répéter le plus souvent : on est tout le temps obligé d’arrêter ou d’écarter, de convertir un pessimisme, un doute ou une imagination tout à fait défaitiste. » – Mirra Alfassa, dite « la Mère », fondatrice d’Auroville.

* »tamas » dans le texte.

Je rêve d’une union des réseaux écologiques français.

Une union qui ne serait pas définitive mais qui donnerait naissance à un accord, une vision commune, une constitution. Et de cette vision irait bien au loin des territoires, est-il besoin de rappeler que le français est bien loin d’être le langage national, et ce de manière officieuse mais bien réelle, en atteste la prégnance des langues locales, régionales.

Vers un renouveau écologique, une attitude qu’il faut inlassablement répéter, jusqu’à ce qu’enfin, il se manifeste dans la matière !

Les 12 pétales du Matrimandir représentant les 12 qualités essentielles

Écrit à Paris.