Articles

Ridicule, dangereux, évident

Le hameau des buis, par Patrick Lazic

Vous connaissez la fameuse phrase attribuée à Gandhi :

« D’abord ils vous ignorent, ensuite ils se moquent de vous, après ils vous combattent et enfin, vous gagnez ».

C’est une phrase que l’on peut entendre lorsque l’on entreprend un changement de société.

Les écovillages en sont bien témoins. Rares sont ceux qui n’ont pas reçus une étiquette « secte » dans ses débuts. Mais rassurez-vous nous sommes dans le pays le plus raciste d’Europe* et la quasi totalité des médecines et des écoles alternatives ont reçu ce sobriquet. Rares sont les alternatives qui n’ont pas vu l’organisme de la « santé mentale » en France les étiqueter ainsi. Des entreprises faisant découvrir les spiritualités du monde, des intervenants en développement personnels et une école ont même vu débarquer la police** !

Rappelez-vous bien ces mots : « Ridicule, dangereux, évident » synthétisant la pensée de Gandhi.

Il se pourrait bien qu’ils vous frôlent, mais ne vous laissez pas impacter par eux. Qui plus est, en France nous avons un état d’esprit frondeur, toujours prompt à râler.

Ne vous faites pas rattraper par le consensus antagoniste (ceux qui sont contre par principe mais ne proposent que peu d’alternatives concrètes) créez votre projet sans vous soucier des râleurs, des destructeurs et des violents.

Après le ridicule : « des foutaises tout ça ! », l’incompréhension : « mais vous ne pouvez pas vous intégrer à la société telle qu’elle est ?! », l’indifférence – silence glacé, le cynisme*** : « ça n’a jamais marché et ça ne marchera jamais », « un truc de bobos tout ça » vous devrez faire face aux menaces, à l’agression : « secte ! », puis un peu plus tard – lorsque votre lieu sera installé, les mêmes reviendront vous voir avec une fleur au bout des lèvres (pour ne pas dire au fusil), gonflés d’enthousiasme : « c’est génial ce que vous faites », « tout le monde devrait faire pareil » voire même – véridique*4 – « c’est tout à fait normal, tout le monde en parle ».

Il y a décidément quelque chose de déstabilisant dans cette attitude du grand public et des journalistes face au changement, quelque chose à mi-chemin entre l’indifférence, le cynisme et la suffisance.

Vous ne pourrez rien y faire, si ce n’est éduquer, rayonner simplement.

Beaucoup d’entre nous sont malheureusement des déportés économiques, tributaires de la montre et du temps qui les esclavagise, ils n’ont que peu de disponibilité de leurs neurones pour s’intéresser aux possibles, aux solutions… jusqu’à ce que cette même montre ne les écrase avec une maladie, un burnout, une dépression ne les force à regarder en face la Vrai Vie, celle qui ne se vend pas, celle qui ne se compromet que pour se suffire à elle-même.

 

*https://www.nikopik.com/2013/10/racisme-dans-le-monde-la-france-figure-dans-le-top-10-des-pays-les-plus-racistes.html
> une autre réflection intéressante à ce sujet : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/tout-est-politique/tout-est-politique-la-france-est-le-pays-le-plus-genereux-et-le-plus-raciste-du-monde-parce-qu-il-a-invente-l-homme-universel-estime-l-ecrivain-marek-halter_2557091.html
**
*** en France on confond le scepticisme avec le cynisme. Pour faire une différenciation, le sceptique ne croit pas à quelque chose mais est prêt à essayer. Le cynisme réfute tout, sans même daigner essayer. Le cynisme a en plus avec lui l’état d’esprit de supériorité, de suffisance et de dédain ainsi que la fermeture à toute proposition.
*4 en témoigne l’expérience des habitants du « Hameau des Buis » en France et de « Los Portales »en Espagne. Taxés d’abord de secte par des journalistes disant vouloir faire un reportage sur leur lieux (détournement du langage et mensonges), d’autres journalistes sont venus 20 ans plus tard en s’exclamant « tout le monde devrait faire ainsi ! ».

 

Différencier sans rejeter

Dessin de Patrick, accueilli à l’Arche de Jean Vanier.

.
Ici, à l’Arche, ce sont d’abord les sourires qui frappent. Ou plutôt qui caressent. 
Ceux des personnes accueillies et ceux des assistants s’entremêlent. 
C’est par ces sourires partagés que j’ai senti qu’il y a communauté. 
.
Jean Vanier, Fondateur de l’Arche, écrit dans La Communauté, Lieu du Pardon et de la Fête :
.
« On entre dans une communauté pour être heureux. On y reste pour rendre les autres heureux. »
.
Tenir le verre d’eau, mixer la nourriture de son voisin de table nous fait prendre conscience que celui-ci existe, à côté de nous. Cela nous oblige à nous décentrer, à tourner le regard à gauche, à droite, à ne plus manger le nez rivé dans son assiette et les yeux en direction de la fenêtre. D’ailleurs, dès le début du repas, nous sentons sa présence : c’est main dans la main qu’il commence par un chant « Un ami à droite, un ami à gauche, à tous bon appétit ! ». 
.
Pour beaucoup, la venue à l’Arche questionne sa propre relation au handicap. « Nous sommes tous des handicapés » est la réflexion que les assistants se font souvent au début de leur passage. Pour moi qui suis reconnue en tant que « travailleur handicapé » ce fut différent. Ma brève expérience dans le monde du travail m’a fait prendre conscience que la valeur d’une personne est fonction de son utilité donc de sa capacité à travailler. Ici, que signifie qu’être utile ? Est utile celui qui tient l’assiette de son voisin ? Celui qui lui sert le repas ?
.
Et celui dont l’assiette est tenue ou le repas servi n’est-il par conséquent pas utile ?
.
Je trouve le projet de l’Arche merveilleux. Ici, tout est fait pour que ces personnes aient une vie « normale ». Repas, sorties, chants, courses, activités manuelles, équitation, piscine …
.
Mais je me suis demandée si ce ne sont pas ces personnes qui nous donnent une vie « normale ». Car qu’est-ce que cette vie « normale » si elle détourne son regard devant des formes de vie, si elle ne les intègre pas ? Pour moi, il s’est passé une inversion du paradigme. Ce sont ces personnes accueillies qui nous offrent la chance d’une vie pleine, entière, totale et non d’une vie qui discrimine. J’écris « discriminer » et je pense qu’à l’origine ce mot signifie simplement « différencier en fonction de certains critères ». Mais son acception dans le langage courant est négative : discriminer signifie alors rejeter.
.
Ne sommes-nous pas capables de différencier sans rejeter ?
.
Lorsque j’ai reçu mon statut de travailleur handicapé, j’étais heureuse. Heureuse de savoir qu’il y avait des choses mises en place pour que je puisse trouver une place dans la société. Cependant, ce fut tout autre : mes aménagements de poste ont été accueillis comme des « privilèges » par mon supérieur hiérarchique.
.
Ici qui s’indignerait de l’aménagement de l’espace et du temps ? Personne. 
.
Certains travaillent en ESAT. Ils s’y épanouissent. Mais encore une fois ces structures paradoxales nous montrent notre incapacité à intégrer.
.
On intègre tout en mettant de côté. On intègre en marginalisant. 
.
En moi deux sentiments coexistent.
Je suis touchée par ce lieu et ces personnes – assistants et personnes accueillies (ou accueillantes ! ) – que je trouve magnifiques.
Mais je suis triste de me rendre compte que nous ne sommes pas capables d’intégrer ces espaces dans la société. 
.
Ou alors pas encore.

Maison à l’Arche de Cuise.

Dimanche 22 Octobre 2017, 11:57, Cuise-La-Motte, Arche de Jean Vanier

Un lieu pour les accueillir

L’Arche de Cuise, un espace vivant. Chants d’oiseaux, fleurs et jardins rythment la vie quotidienne en communauté.

Tous ceux qui sont déclarés inaptes pour vivre en « société ».
Ceux qui sont invalides, handicapés, inadaptés au travail à la chaîne et à la logique du rendement.

À tout bien regarder, de plus en plus nombreux nous le sommes, dans cette aberration forcenée du capitalisme néolibéral psychotique.
Tout juste je dirais, il y a des handicaps visibles et des handicaps invisibles.

À l’Arche de Jean Vanier, ce que nous apprenons en tant que bénévoles, c’est d’abord que « nous sommes tous des handicapés ».

Certains plus que d’autres, ou du moins, de façon plus visible.

Pour certains c’est la communication, le langage qui fait défaut, pour d’autres c’est l’égo qui prend trop de place.

Rien ni personne n’est à l’abri d’une prise de conscience.

S’y confronter – aux rythmes et aux abus de l’égo – c’est déjà faire le premier pas, et je dois dire que la vie auprès de personnes diminuées m’a appris à ralentir dans une période où je dois sans cesse accélérer pour monter des projets.

Ralentir, parce que pour certains faire 10m en marchant c’est déjà un voyage et une réussite conséquente.

Arrêter de vouloir avoir raison car pour certains, en cas de conflit, c’est la crise d’épilepsie.
Pas le choix il faut avancer.
Je pense qu’ils sont là pour ça.
Ceux qui ne peuvent s’exprimer comme nous.
Ceux qui ne peuvent se mouvoir qu’avec peine.
Ceux qui sont mis au placard.
Ceux que les gens « normaux » oblitèrent parce qu’ils ne savent pas quoi faire.

Sortir de l’indifférence c’est entrer dans la Vie.


L’identité et la mission de l’Arche, autour du monde.
Écrit à Cuise-La-Motte, Arche de Jean Vanier

Forum des Écovillages

Forum des écovillages de France, au Forum 104, à Paris, un événement cosmique

Un moment incroyable et bien plus imprévu que ce à quoi je m’attendais !
Si l’on m’avait dit qu’un jour j’organiserais ça…
Une dynamique permaculture – écovillage, un sketch, puis des exercices de dynamique de groupe, un forum où tout le monde a pu se soutenir et échanger en profondeur…
Sans compter la venue d’Isis Noor qui a ajouté une dimension spirituelle et une réflexion de fond sur l’Afrique…
…Et qu’en plus cela se terminerait par des câlins et une cérémonie de clôture inoubliable ! J’aurais dit non jamais ! Et pourtant la réalité dépasse largement le rêve !!!
Gratitude, gratitude, gratitude…

Isis Noor : Cofondatrice de la Fédération Agro Ecologique de Bénin (FAEB) au coté de la famille Jah et le Pierre Rabhi.
Co-fondatrice de l’association Duniamâ, elle organise une rencontre d’agro-écologie et différentes formations en Casamance.
Isis a une démarche spirituelle par une reconection à la nature, et honorer le féminin sacrée.
Elle s’investit pour la souvraineté alimentaire, au Togo, au Bénin, au Sénégal, en Martinique.
En Casamance elle accompagne le projet de jardins de femmes à Colomba qui rassemble 60 femmes du village pour transformer des jardins agro-chimiques en jardins de permaculture.

 Écrit à Paris.

Conférences et ateliers à Paris

Atelier du 5 Février à la Recyclerie, 18 personnes cheminant à travers leur projets singuliers

Et si nous créions ensemble?

Peut-être qu’avec un peu d’aide, sans vous connaître, il est possible de vous réunir!

C’est l’objectif d’une série d’ateliers sur Paris, ainsi qu’un cycle de conférences sur le thème de la biodiversité, faire ensemble, se connaître soi, vivre autrement.

Si vous aimez ces événements, pensez à soutenir l’association « Méditation Naturelle », qui a pour vocation la création et le soutien d’Écoprojets et de communautés en France.

La carte des projets, à la fin de l’atelier

À propos de la conférence:
Blog de Anjichiban

Écrit à Paris

L’Arche de Lanza del Vasto

Les jardins potagers, vus des bâtiments

Située en contrebas d’une colline surplombant le Vercors, la communauté de l’Arche de Saint Antoine vit dans les anciens bâtiments de l’Abbaye.

Cette micro-société d’une soixantaine de personnes accueille séminaires de développement humain, de pratiques énergétiques et de communication non-violente. Elle a aussi crée son parcours de formation unique en France, la FEVE (Formation et Expérimentation au Vivre Ensemble) sur une durée d’un an, en partage de la vie communautaire.

D’inspiration chrétienne et gandhique, son ouverture m’a touché.

Aussi, j’ai eu l’idée, d’après son créateur Lanza Del Vasto qui prônait un retour à la simplicité et un retour à la nature de transmettre cette prière, écrite à Tamera lors d’un cercle de prière matinal :

« Je veux adresser cette prière à tous ceux qui se sentent heureux devant leur lumière bleue

À tous ceux qui, entourés de béton,

Ne voient jamais les étoiles ou la couleur du ciel matinal

À tous ceux qui ne savent pas danser leur Être

Et qui ne connaissent aucun chant qui ne les fasse résonner

À tous ceux qui jouissent de leur corps sans savoir exprimer leurs émotions

À tous ceux qui, enfermés dans cette confusion de chair, d’âme et d’esprit

Ne savent séparer ce qui leur appartient de ce qui leur est étranger

À tous ceux qui vivent leur vie par procuration

Puissent-ils alors recouvrir leurs sens et leur faculté de penser propre

Puissent-ils être heureux sans être indifférents

Puissent-ils être contents sans être fat

Puisse cette lumière du ciel descendre sur eux

Et ouvrir leurs cœurs engorgés de tristesse

Puissent-ils retrouver le chemin de leur Être véritable, authentique et naturel »

Séance d’énergétique corporelle dans la cours du cloître